Francographies
L’actualité des littératures francophones
Et si le centre n’était plus au centre?
<p><em>Ce que révèle la nuit</em> de Sylvie Blondel</p>

- Suisse

Ce que révèle la nuit de Sylvie Blondel

      Une chronique de Myriam Belhadj-Ali

     Un jour, Hector Lenoir trouve un mot griffonné sur la table de la cuisine: "Adieu, Hector! Je t'aime." C'est ainsi que Justine disparaît sans donner aucune trace de vie. Un grand vide le submerge et il ne peut se résoudre à une rupture si brutale.

    Il décide d'enquêter sur cette disparition qui l'amène à s'intéresser à un homme, passionné par les étoiles. L'idée lui vient d'écrire un roman sur ce mystérieux astronome, Jean-Philippe Löys de Cheseaux, né en 1718. 

   Il part sur les terres de Löys, dans le pays de Vaud, et effectue des recherches au château où il a grandi. De là, il retrace les événéments marquants de sa vie ; ses doutes et questionnements. Est-il possible de ne plus penser à celle que l'on aime et qui est loin? Voilà une question récurrente dans ce roman. Absence, abandon et disparition sont les thèmes évoqués par l'auteure.

   Tout au long du roman, vont se superposer ces deux récits de vie: celui du narrateur Hector qui cherche désespérément sa femme; et celui de Löys, amoureux des étoiles. Leurs vies se font alors étrangement écho. Trois siècles les séparent mais pourtant ils ont un point commun: ils aiment tous les deux une absente. Ainsi, la nuit révèle la beauté des étoiles : celles que l'on voit mais que l'on ne peut atteindre. 

   Pour Hector, “l'absence est la plus fidèle des présences”. On pense alors à Scottie courant après le fantôme de Madeleine dans le chef d'oeuvre d'Hitchcock, Vertigo.  A cet homme obsédé par une femme qu'il ne peut atteindre, tout comme Hector est obsédé par la disparition de Justine. Il se plonge dans la vie d'un autre pour ne plus penser à celle qui l'aime. Mais ne finit-il pas par se perdre? Est-ce la recherche de l'absente d'Hector ou bien celle de Löys? Les deux quêtes se mêlent et finissent par se confondre. 

    Sylvie Blondel nous présente un roman d'une grande douceur qui nous emmène dans un univers où il n'est pas nécessaire d'être un passionné de l'astronomie pour se laisser emporter. Le lecteur suit avec enthousiasme ces récits de vie ; où il est libre de se questionner sur sa propre condition, sur ses propres doutes. Un récit bien écrit, une écriture poétique et agréable. Un livre qui se lit avec plaisir en une nuit.